En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites notamment.

Ce message est obligatoire pour être en règle avec la CNIL... mais bon, ici on ne suit pas les internautes... Ce message ne reviendra que dans plusieurs mois si vous vous re-connectez...

 

5521388deaf3f

 

 

 

Soudaine-Lavinadière - Prieuré du Saint-Sépulcre

2012

Moyen Age

Patrice CONTE

 

 

 La nouvelle campagne de fouille réalisée en 2012 sur le site du prieuré de l’ordre du Saint-Sépulcre et l’église de Lavinadière a été organisée autour de deux principaux axes de recherche sur le ter­rain. Le premier a essentiellement consisté à ache­ver et dans certains cas étendre la fouille des vestiges bâtis des deux grandes phases de constructions du prieuré. La seconde a privilégié la reconnaissance des systèmes fossoyés, pour certains repérés les années précédentes mais encore méconnus dans leur organisation stratigra­phique et topographique.

Dans le premier cas ce sont les édifices majeurs de la première occupation médiévale (XIIIe-XIVe s.) qui ont fait l’objet de compléments par la fouille. Le grand logis prioral de cette phase (Bât.3) est totalement étudié et l’on dispose désormais de la confirmation recherchée sur l’emplacement de son pignon disparu à l’ouest. L’opération dans ce sec­teur a également permis de mettre en évidence une occupation « secondaire », chronologique­ment située juste avant l’abandon définitif de l’édifice et son remplacement par le nouveau prieuré. Pour le second bâtiment de cette période (Bât.4), les incertitudes sur son plan et son organisation intérieure, qui prévalaient encore au terme de l’année précédente, sont désormais aussi levées (fig. 1) : pour ce bâtiment également, le repérage de l’emplacement d’un mur pignon, entiè­rement récupéré, a permis de distinguer en même temps la construction d’une petite annexe édifiée contre celui-ci. Des données sur l’organisation interne du Bât.4 sont aussi apparues : une partition est maintenant évidente entre un tiers de l’espace au nord dévolu aux activités domestiques et de stockage (découverte d’une nouvelle fosse-silo) alors que le reste du bâtiment paraît réservé à une fonction qui malheureusement n’a guère laissé de traces pertinentes susceptibles de per­mettre une hypothèse indiscutable. Ici, le rappel de certaines découvertes lapidaires effectuées les années précédentes permet toutefois d’évoquer le rôle possible de cette partie de l’édifice comme salle du chapitre du prieuré. Si une telle hypothèse trouvait confirmation, on aurait donc à Lavinadière un cas intéressant de salle capitulaire propre à un prieuré rural et pour le moins éloignée des formes monumentales stéréotypées régulièrement décri­tes dans le cas d’abbayes ou de prieurés de plus grande importance.

 

soudaine01

Fig. 1 : Bat 4 : vue zénithale (non redressée) du bâtiment 4 en fin de fouille. Son emprise est délimitée par la ligne de tirets blancs. Au nord : la cellule accolée au mur pignon 79 (récupéré). Au centre, le bâtiment 4 (S.18), on distingue la fosse/ silo Fs.33 et plusieurs des plots en pierre. Surlignés en orange : les murs des bâtiments plus tardifs qui recoupent par­tiellement les vestiges plus anciens du bâtiment 4. (fonds photo : Alti-Pano, Limoges)

 

La fouille 2012 a, de manière comparable, enrichi nos connaissances sur l’évolution du « second prieuré », autrement dit sur les édifices de la rési­dence de la fin du Moyen Âge et du début de l’époque moderne (Phase III). On aurait pu croire, un instant, que la vaste opération de reconstruction qui marque cette période où l’on a volontairement détruit, enfoui et nivelé les bâtiments de l’état pré­cédent, se serait traduite par l’apparition de nou­veaux édifices homogènes et peu sensibles à évolution. La fouille montre le contraire grâce à l’étude du Bâtiment 2 (fig. 2). Ce logis, qui correspond dans sa forme et ses dimensions aux logis aristocrati­ques « tardifs » de la reconstruction rurale en Limousin (mais aussi en Périgord et Quercy où l’on peut trouver de nombreux points de comparaison) n’est pas exclu des processus d’évolution qui ont pour effets d’engendrer un nombre important de modifications de structure mais aussi d’organisation intérieure des bâtiments. Dans le cas présent, la fouille a mis en évidence de manière inédite sur le site les vestiges d’un premier édifice au plan ramassé et aux murs épais qui s’insérerait chro­nologiquement entre les constructions du premier prieuré et les corps de logis tardifs structurés autour de la cour. Cette nouvelle donnée est donc en mesure de modifier quelque peu le phasage général proposé jusqu’alors, sans toutefois le remet­tre en question, mais en le complétant par une phase intermédiaire chronologiquement située à la fin du Moyen-Âge.

 

soudaine02

Fig. 2 : le bâtiment 2 en cours de fouille. La vue, prise depuis l’ouest montre le centre du bâtiment dans son état final. Au centre de l’image : le mur 8 supportant la cheminée Ch.2 dont la moitié nord du foyer est entièrement fouillée. Ce mur correspond en fait au pignon d’un premier bâtiment (2A) que l’on agrandi vers l’ouest dans un second temps. C’est à ce moment que l’on aménage la grande cheminée. A l’arrière : un mur de refend établi sur une fosse du premier état médiéval. Au premier plan : un silo appartenant à la même phase et à droite le seuil de la porte distribuant la nouvelle pièce occidentale. (mire de 1 m.)

 

Parmi les autres données portant sur l’organisation de « l’espace bâti » des différents états du prieuré, on doit mentionner l’achèvement de la fouille du puits situé dans la cour. La possibilité de mener à terme, cette année, son dégagement a donné l’opportunité d’élargir notablement le corpus des mobiliers archéologiques disponibles par la découverte et le prélèvement de nombreux objets d’origine organique conservés grâce à leur position en milieu immergé. Le corpus des objets offre ici une occasion inespérée d’aborder de nou­veaux aspects de la vie quotidienne de la petite communauté ayant vécu au sein du prieuré et d’étudier un ensemble d’objets rarement décou­verts pour les périodes médiévale et moderne en Limousin.

 

Pour l’heure, l’inventaire et le catalogue en cours de ce mobilier livrent une grande variété d’objets : vestiges d’un seau de bois (fig. 3) équipé de piè­ces de fer et de son anse, planches dont certai­nes ouvragées, plaques de bois qui sont vraisemblablement des éléments de couverture (bardeaux), enfin cuirs appartenant à des chaus­sures (fig. 4) et fragments textiles non encore déter­minés. On mentionnera également la découverte de deux pièces céramiques (cruches tardives des XVIe-XVIIe s.) et plusieurs éléments lapidaires parmi lesquels deux éléments de la margelle du puits et un nouveau cas de pierre décorée d’une profusion de gravures, parmi lesquelles figure, une nouvelle fois, la croix à double traverse, insigne de l’ordre du Saint-Sépulcre de Jérusalem.

 

soudaine03

Fig. 3 : l’une des douelles du seau découvert au fond du puits S. 7 (face interne, mire de 10cm)

 

Parallèlement, la fouille du cimetière a également été poursuivie ; ce sont désormais cinquante-cinq tombes qui ont été découvertes dont vingt-huit ont été intégralement fouillées. En fonction de leur orientation ou de leur architecture, on peut ici déterminer cinq grandes catégories d’inhumations. Les cas de recoupement permettent en outre d’établir une chronologie relative de la plupart des sépultures, en revanche, l’absence de tout mobi­lier archéologique datant empêche encore de pré­ciser la durée et les éventuelles phases chronologiques présentes. Le recours à une série de mesures physiques (14C) s’imposera en 2013 pour tenter de pallier ce manque d’indices.

 

soudaine04

Fig. 4 : élément de chaussure en cuir (talon) (mire de 5 cm)

 

Le second grand axe de recherche de la fouille de 2012 a porté sur la question des structures fossoyées associées au prieuré, thème qui a été considérablement approfondi au cours de l’opération de cette année.

A l’ouest du site, l’hypothèse d’un système de fos­sés se trouve ainsi largement confirmée. En fait, la présence d’une structure fossoyée dans cette partie du site avait été avancée dès la campagne de sondages de 2000 lors de la découverte d’un creusement mais qui n’avait pu être alors précisé­ment identifié. Les nouveaux sondages de 2012 livrent un ensemble de deux creusements, a priori parallèles, et bordant le site sur son flanc occiden­tal. La courbure des tracés suggère que les deux fossés 26 et 28 s’incurvent vers le nord et pourraient être associés aux deux fossés repérés dans le secteur 42. On remarque par ailleurs que l’organisation sous forme d’un fossé intérieur large et d’un fossé extérieur plus étroit se retrouve, du moins en partie, au nord, mais aussi à l’est du site. Les données stratigraphiques et mobilières res­tent insuffisantes pour établir une chronologie sûre des phases de creusement puis d’utilisation des structures identifiées. Tout au plus peut-on signa­ler que le fossé le plus large fossé ne semble com­blé que vers la fin d’occupation du site, il devait être encore visible et fonctionnel lors de la phase III. Bien que non étayée, l’idée que le petit fossé extérieur soit antérieur est avancée mais reste à discuter vu, pour l’instant, le manque de données disponibles.

 

Au nord, le sondage 42 a livré un nouvel ensem­ble de deux fossés (fig. 5). Si l’un des deux (Fs.35) n’a été qu’entrevu lors de la présente opération, l’autre (Fs.34) présente une morphologie proche du petit fossé externe Fs.28. Contrairement aux structures mises au jour à l’ouest, Fs.34 présente des éléments de chronologie qui tendraient à asso­cier ce fossé à la phase médiévale II comme le suggère le mobilier de son comblement et la reprise d’occupation établie sur ce dernier. On remarque enfin qu’un mur, établi juste à l’aplomb de la rup­ture de pente, complète le dispositif. En revanche si les découvertes du S.42 confirment bien la pré­sence de systèmes fossoyés en rebord du plateau, dans un contexte où ils ne paraissent pas indis­pensables, la concordance n’est pas établie avec les découvertes effectuées antérieurement dans le secteur 30, une dizaine de mètres plus à l’est où un seul fossé avait été perçu à l’époque.

 

soudaine05

Fig. 5 : plan des différents systèmes de fossés identifiés et hypothèses d’emprise

 

La partie orientale du site a également fourni de nouvelles données concernant les autres réseaux de fossés. Le large fossé Fs.1 1, créé lors de la phase III, était perçu jusqu’ici comme un creuse­ment linéaire barrant l’espace immédiatement à l’est des nouveaux corps de logis 1 et 2. La fouille de 2012 n’a pas permis d’en dégager l’extrémité sud, située dans une zone où la fouille ne pouvait techniquement intervenir. Toutefois, les travaux de cette année confirment d’une part son prolonge­ment vers le sud mais d’autre part montrent éga­lement que s’opèrent un changement d’orientation et une incurvation de son tracé vers le sud, contour­nant ainsi le chevet de l’église en coupant une par­tie du cimetière.

 

Enfin, à l’est de ce dispositif, l’extension de la fouille a permis de mieux circonscrire le tracé du réseau fossoyé le plus oriental constitué d’un fossé « majeur » (Fs. 18) et, ici également, d’un second et plus petit creusement parallèle au précédent (Fs.29) et se développant sur l’extérieur. Malgré ces incertitudes qui existent encore sur les tracés des fossés hors des zones fouillées, l’apport du terrain est important, entre autres en montrant que ces deux derniers fossés paraissent aussi s’orienter vers le sud-ouest évoquant ainsi une emprise continue des réseaux de fossés autour du site prioral et son église.

 

Ainsi se dessine petit à petit une véritable struc­turation de l’espace du prieuré par la présence de nombreux fossés. Leur vocation défensive reste à notre sens faible (fossés ni larges ni profonds), même si leur fréquent doublement pourrait parti­ciper d’un renfort de fortification. Leur emplace­ment n’est pas le moindre des aspects atypiques des fossés de Lavinadière : creusés au plus près des bâtiments ils n’ignorent pas les parties où leur présence paraît inutile : à l’ouest, la nette rupture de pente qui affecte la parcelle sur plus de 3 m de haut n’a pas dissuadé leur creusement, pas plus qu’au nord où le début du versant est encore plus proche et abrupt. Leur fonction, qui pourrait paraî­tre inutilement défensive, est certainement poly­valente, probablement juridique elle est également symbolique et matérialise la clôture de l’espace sacré associé au prieuré et son église. Les fossés mis au jour représenteraient ainsi la matérialisa­tion du claustrum de l’enclos canonial connu en d’autres lieux mais rarement fouillé sur une telle emprise.

 

Une ultime campagne de fouille programmée en 2013 devrait permettre de compléter l’ensemble des données de terrain avant préparation d’une publication monographique.