En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites notamment.

Ce message est obligatoire pour être en règle avec la CNIL... mais bon, ici on ne suit pas les internautes... Ce message ne reviendra que dans plusieurs mois si vous vous re-connectez...

5521388cde836

 

 

 

Compreignac

2011

Prospection diachronique

Yann GIRY

 

 

  

Initialement débutée en 2007 par plusieurs mem­bres de l’association ArchéA, cette deuxième opé­ration de prospection diachronique sur le territoire de la commune de Compreignac a permis l’apport de 24 entités inédites, élevant au nombre de 80 entités identifiées ou identifiables.

Ces recherches se fondent sur la découverte d’une partie du fonds d’archives de l’association des Amis de Compreignac, présentée comme antenne de la Société Archéologique et Historique du Limousin spécialisée dans l’étude de cette commune, ayant connu son essor d’opérations archéologiques entre 1966 et 1991. Cette source documentaire non négli­geable, renseignant principalement des entités médiévales et modernes, permet, après recoupe­ment avec les données déjà acquises, de parfaire les connaissances concernant ce territoire.

Pour exemples :

  • le village de Chabannes où ont existé une motte castrale, une chapelle, un moulin et un (ou plusieurs) souterrain(s) associé(s) à des fosses ovoïdes ;
  • Margnac, situé à proximité de l’ancienne route de Paris, avec étang, moulin et habitations dites grand-montaines ;
  • Le Puymenier comprenant un château et une chapelle (actuellement tous deux disparus) auraient été, au XIIe siècle, un fief indépendant appartenant à la seigneurie de Razès.

Outre les données recueillies lors des différen­tes opérations de prospection, ces archives documentent également plusieurs sondages réa­lisés par cette association, notamment sur une habitation gallo-romaine au village de Laveau-Fleuret, une fosse ovoïde à Bachellerie et le prieuré de Montégut-le-Noir situé au lieu-dit éponyme.

Bien évidemment, la totalité des entités référen­cées cette année n’a pu être vérifiée, les recher­ches de terrain s’étant orientées principalement sur les entités archéologiques dont les vestiges physiques étaient, sans nul doute, visibles en surface. Au même titre, volontairement, nous avons exclu de l’étude les voies de communica­tions ainsi que le bourg. Ceux-ci feront l’objet de recherches prévues pour 2014.