En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites notamment.

Ce message est obligatoire pour être en règle avec la CNIL... mais bon, ici on ne suit pas les internautes... Ce message ne reviendra que dans plusieurs mois si vous vous re-connectez...

5521388cde50c

 

 

 

Veix - Le bourg, "au château"

2010

Moyen Age

Patrice CONTE, Julie DUPONCHEL 

 

 

 

 

 La première mention connue d'un château à Veix remonterait au XlVe s. lorsque le pape Clément VI permit à l'abbé d'Uzerche d'affermer son prieuré de Ves décrit comme possédant « seigneurie, juridiction et maison-forte ». Aujourd'hui aucun vestige en élévation n'est actuellement visible dans le village, en revanche, plusieurs anomalies de terrain et la tradi­tion situent les ruines à quelques mètres en contre-haut de l'église. La recherche d'un lieu adapté à la création d'une réserve d'eau a amené la commune à s'interroger sur la réutilisation d'un fossé existant au sud du site, en bordure d'un chemin de desserte rurale. Un sondage a donc été mené par une équipe de l'association ArchéA afin de vérifier si ce fossé pouvait être lié au château voisin. Une pre­mière topographie de la zone a été réalisée à cette occasion.

Le sondage réalisé perpendiculairement dans la partie occidentale du fossé n'a pu atteindre le fond de celui-ci du fait de l'apparition rapide d'une nappe d'eau, il a cependant permis d'effectuer plusieurs observations :

 

  • la maçonnerie en pierre sèche qui équipe chacun des flancs du fossé n'est pas établie depuis la base de celui-ci mais est fondée sur un remplissage ancien. Ce mur correspond en fait à l'aménagement d'un étang, probablement à l'époque moderne comme en témoignent les quelques vestiges céramiques qui sont associés à sa fondation ;

 

  • la couche la plus profonde, aujourd'hui gorgée d'eau correspond de fait au remplissage d'une struc­ture antérieure. L'étang récent a donc été réalisé à l'emplacement du fossé médiéval qui bordait la maison-forte au sud. Le relevé topographique de la zone permet de circonscrire son emprise qui était plus large (restes d'un mur situé au nord du bord du fossé actuel).

 

veix01

Stratigraphie frontale du sondage 1
 

 

L'opération a également permis d'effectuer quelques autres observations grâce à la rectification des bords d'un creusement ancien portant sur le même côté que le sondage vers l'est. La stratigraphie partielle relevée à cet endroit témoigne d'une importante séquence d'effondrement certainement liée à l'écroulement d'élévations appartenant au château situé immédiatement en contre-haut du fossé. Plusieurs blocs de granite portent des traces de contact au feu, corroborant l'hypothèse d'un incendie du site que la tradition associe à « l'incendie des Monédières » au cours des guerres de Religions du XVIe s., événement dont l'authenticité reste encore à démontrer.

veix02

Le «tertre» du château après dégagement de la végétation. Vue depuis le nord-est : au fond le tertre correspondant au château. Au premier plan : relief pouvant correspondre à une enceinte de terre maçonnée.

 

Le sondage et les observations de terrain ont été complétées, dans un second temps, par la réalisa­tion d'une topographie en courbes de niveaux de l'ensemble du site (B. Hollemaert, Eveha) rendue possible grâce au nettoyage complet de la végéta­tion recouvrant le site par la municipalité de Veix. Les vestiges cartographiés s'inscrivent dans une emprise d'une superficie d'environ 5 000 m2 ce qui, par comparaison à d'autres sites limousins, corres­pond à la taille de résidences aristocratiques de type « maison-forte ». Si quelques travaux d'aménagement rural récents perturbent la lisibilité en périphérie du site à l'est et à l'ouest, il est cependant possible d'isoler une éminence centrale d'environ 400 m2 correspondant probablement aux corps de logis du château doté d'au moins une tour. Au nord, un fossé associé à un relief allongé marque la limite du site bâti et traduit la présence d'un élément de fortifica­tion (enceinte maçonnée ?).

 

veix03

Vue de la partie nord du sondage en cours de fouille.

 

Cette opération de fouille, bien que limitée, a toute­fois permis, en associant sondage et relevés topographiques, d'obtenir un début de documenta­tion sur ce site déserté qui mériterait certainement de plus complètes investigations.