En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites notamment.

Ce message est obligatoire pour être en règle avec la CNIL... mais bon, ici on ne suit pas les internautes... Ce message ne reviendra que dans plusieurs mois si vous vous re-connectez...

54f45706dde30

 

 

 

Saint-Jean-Ligoure - Castrum du Bas Châlucet

2008

Moyen Age

Patrice CONTE

 

  

 

En 2007-2008, la mise en valeur et la cristallisation des vestiges du castrum du Bas-Châlucet (cl.M.H) dégagés lors de 9 campagnes de fouille entre 1998 et 2006 ont rendu nécessaire la réalisation d’une série d’interventions limitées en ampleur dans des zones soit jusqu’ici inaccessibles, soit pour répondre à des questions ponctuelles soulevées par la conduite du projet, enfin, dans un cas, pour pallier la réalisation d’un dégagement de vestiges non prévu.

L’opération a donc été segmentée à la fois dans le temps et dans l’espace. Ce sont ainsi quatre secteurs différents qui ont fait l’objet de reconnaissances par la fouille.

Au sud de la zone étudiée jusqu’ici, un segment de mur de soutènement a pu être dégagé dans le secteur 45 (Bâtiment X). Il s’agit d’une construction destinée à rattraper les importantes différences de niveaux qui existent entre les sols internes de ce bâtiment et ceux situés immédiatement en contre-haut, au sud du bâti­ment V. Ce mur appartient indéniablement aux superstructures du long bâtiment rectangulaire X dont seule la pièce la plus au nord a été fouillée lors des campagnes antérieures.

 

12008-im-chalucet01

Le bas castrum restauré

 

C’est justement dans cette dernière pièce du bâtiment X (Secteur 35) que l’on a pu faire quelques observa­tions supplémentaires sur l’architecture et l’organisation stratigraphique de l’entrée de la quatrième salle souter­raine découverte dans cette partie du castrum. Elles mettent en évidence les phases de creusement et d’occupation de la cavité fossilisées par une utilisation de la salle située en avant comme dépotoir au cours de la dernière phase d’occupation des bâtiments (XIVe-début XVe s.) avant son abandon. Les quelques témoins céra­miques recueillis appartiennent à des fragments de vases culinaires gris ou à des vases en pâte orange

(bec ponté), parfois glaçurés. Une penture en fer a également été découverte au niveau de la porte donnant au sud vers la suite du bâtiment X.

La troisième zone ayant fait l’objet d’un sondage est située dans la partie nord du village, au cœur d’un ensemble architectural et fonctionnel organisé autour d’une maison-tour à contreforts (bâtiment IV). Dans ce secteur, l’extrémité d’un mur d’un bâtiment annexe à la maison-tour appartenant à un premier état chrono­logique a été repéré et complète ainsi l’ensemble des vestiges de ce secteur d’habitat (cf.BSR 2006, p.77 et 78, fig., p.78).

Enfin, c’est toute la limite orientale de ce même ensemble d’habitat qui a pu être complètement étudiée (à l’exclusion d’une zone de 5 m de long détruite avant l’intervention archéologique par les travaux de mise en valeur !). Dans ce secteur, marqué initialement par une importante rupture de pente, un mur a pu être identifié de manière discontinue sur toute la longueur de la pente jusqu’au parement interne du mur nord de l’enceinte du castrum. Ce mur, ainsi que celui qui le prolonge vers le sud jusqu’à une ruelle de desserte intérieure au village, marquent une réfection de la clôture de l’habitat organisé autour de la maison-tour IV, fort probablement juste après la création du système d’enceinte qui va modifier nette­ment l’organisation des circulations dans ce secteur au cours du XIVe siècle.

C’est également au cours de cette même phase d’aménagement de l’habitat et de sa mise en fortifica­tion que l’on va édifier un système inédit de rampe d’accès oblique accolée au mur de clôture et permet­tant ainsi la circulation entre la partie basse du village à l’est et la partie supérieure située en terrasse entre le bâtiment IV et le mur d’enceinte.