En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites notamment.

Ce message est obligatoire pour être en règle avec la CNIL... mais bon, ici on ne suit pas les internautes... Ce message ne reviendra que dans plusieurs mois si vous vous re-connectez...

54f457120ec5b

 

 

 

Compreignac

2007

Prospection diachronique

Sylvain LOUVET

 

 

 Les recherches effectuées par nos prédécesseurs, sur le territoire de Compreignac, ont révélé l’existence de sites illustrant une occupation du sol débutant à la période préhistorique.

La prospection de cette année s’est principalement orientée vers la révision des fiches d’entité archéolo­gique et la réalisation d’un état des lieux de nos connaissances à l’échelle du territoire communal.

Les investigations de terrain ont permis de vérifier la présence de vestiges en surface, comme les restes des tours du château du Mazet dans le bourg de Compreignac, à Montégut un bassin maçonné et la chapelle du prieuré de Montégut-le-Noir ou l’autel de la chapelle Saint-Roch au village de la Roche. De plus, la découverte d’une canalisation maçonnée à Angelard et d’une cavité souterraine à Montégut ont enrichi les données inédites relatives à cette commune. En contrepartie, par défaut de coordon­nées et de localisations précises et malgré de nombreuses enquêtes orales, les recherches sur le terrain n’ont pas permis de détecter d’éventuels indices de sol sur plusieurs sites déjà répertoriés mais non situés précisément (prieuré d’Angelard ou habitat gallo-romain à Vielleville).

La présente prospection a également permis de réali­ser plusieurs fiches de sites relatives à une prospection thématique que nous avions engagée à titre personnel, consacrée aux cavités souterraines aménagées de la commune. Ces recherches ont permis d’en identifier quatre nouvelles. La similitude de leurs configurations (entrée à flanc de colline donnant directement sur une salle/galerie unique, dimensions) amène à penser que leurs destinations sont proches. Elles se développent aux villages de Pény, au Mas-la-Roche et à Vieilleville. Une enquête plus approfondie de ce type de structure souterraine, différant des habituels souterrains ruraux médiévaux, est envisagée dans le cadre de la prospection 2008 qui portera également sur un travail de relevé ainsi que la poursuite des recherches diachroniques débu­tées cette année.