En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites notamment.

Ce message est obligatoire pour être en règle avec la CNIL... mais bon, ici on ne suit pas les internautes... Ce message ne reviendra que dans plusieurs mois si vous vous re-connectez...

 

54e3b71e9391c

 

 

 

Gorges de Haute-Dordogne

2006

Prospection diachronique

Angélique MARTY

 

 

  

Une étude historique et documentaire a été réalisée sur le territoire de la communauté de communes des Gorges de la Haute Dordogne. Deux problématiques ont été soulevées : les origines et l'histoire des établissements casadéens et le réseau des châteaux liés aux vicomtes de Ventadour et de Turenne. Cette étude réalisée en 2005-2006 a débuté par une recherche documentaire approfondie, de nombreux fonds d'ar­chives publiques ont été dépouillés ainsi que des fonds privés (documents de la famille d'Ussel et de la famille de Bélinay). Le fonds dit «de Marèges» appar­tenant à cette dernière est inédit et aujourd'hui détruit. Toutefois, M Guély, présidente de la Société Historique et Archéologique de Brive a pu transcrire l'intégralité des actes contenus dans ce fonds avant destruction. Ce fonds contient d'importants docu­ments médiévaux (XIIIe-XV' s.). Outre les recherches documentaires, une prospection de terrain a été menée parallèlement pour repérer édifices, vestiges architecturaux et archéologiques.

La première partie de l'étude est consacrée aux édi­fices religieux et s'étend au-delà de l'histoire des deux prieurés casadéens de Saint-Pantaléon-de-Lapleau et de Liginiac, elle a également porté sur tous les autres lieux de culte (églises paroissiales, chapelles, prieu­rés, commanderie hospitalière de Sérandon) des dix communes concernées. La question des origines des paroisses a également été abordée, axée sur la paroisse-mère de Neuvic et sur l'étude des enclos paroissiaux dont certains ont été cartographiés.

L'autre volet de l'enquête a consisté à étudier le réseau des châteaux et fortifications situés en vicomté de Ventadour. Les paroisses étudiées se répartissent sur deux châtellenies : Egletons-Ventadour et Neuvic-Peyroux. D'après la documentation et les recherches sur le terrain, huit seigneuries (Anglards, Marèges, La Charlane, Unsac, la Maureille, Pèzeranges, Labrousse), implantées dans la châtellenie de Neuvic-Peyroux, ont été étudiées. La châtellenie d'Egletons-Ventadour ne contrôle que la petite paroisse de Saint-Pantaléon-de-Lapleau dans laquelle aucun site castrai n'a été repéré pour l'instant. Parmi ces édifices, sept sont en ruine mais conservent quelques vestiges hors-sol, deux sont en partie conservés et encore habités, un est remanié de telle sorte que les éléments médiévaux ont disparu, trois sites sont détruits et non repérés, un édifice est en partie conservé et non habité.

La dernière partie de l'enquête a porté sur l'agglomé­ration de Neuvic, bourgade aux origines et au développement obscurs en raison du manque de sources écrites à l'époque médiévale : seule une transcription de la charte de la ville et quelques résumés d'actes épars constituent le corpus. En revanche davantage de documents apparaissent pour l'époque moderne. Aussi, l'interprétation de ces sources associée à l'étude du parcellaire et à une prospection de terrain permettent de soulever quelques hypothèses quant à l'étendue des fortifica­tions de la ville et de ses faubourgs et de repérer les vestiges médiévaux visibles à l'extérieur et à l'intérieur des habitations.

 

5-im-neuvic01

Neuvic, XIlle-Xe s.: la ville fortifiée