En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites notamment.

Ce message est obligatoire pour être en règle avec la CNIL... mais bon, ici on ne suit pas les internautes... Ce message ne reviendra que dans plusieurs mois si vous vous re-connectez...

54e3b71e9391c

 

 

 

 

Cantons de Chalus, Nexon et Saint-Yrieix-la-Perche

2006

Moyen Age et Moderne

Manon DURIER

 

 

 

Cet inventaire concerne les pierres tombales médié­vales et modernes (Xle-XVIle siècle) dans une zone inscrite entre les communes de Séreilhac-Solignac au nord et de Dournazac-Le Chalard au sud. Les pros­pections, menées avec la collaboration de l'association ArchéA, ont permis de documenter plus de 230 monuments funéraires conservés dans les édi­fices cultuels ainsi que dans les cimetières actuels ou anciens. Une telle quantité est surprenante pour une quinzaine de communes seulement. Si elle provient pour partie de quelques sites préservés, comme celui bien connu du Chalard, elle résulte également d'une habitude fortement ancrée en Haute-Vienne de rem­ployer les monuments funéraires anciens. Dalles funéraires et pierres tombales en bâtière forment un ensemble qui apparaît de prime abord hétérogène, mais dont la cohérence est assurée par la permanen­ce de certains motifs iconographiques. On constate en effet l'omniprésence de la représentation de la croix, le plus souvent pattée, trilobée ou fleurdelisée.

 

3-im-pierrestombales01

Pierre tombale en bâtière du cimetière du Chalard

 

Dans un contexte de continuité iconographique au fil des siècles, la présence marginale de gisants et de pierres tombales épigraphiques renforce les difficultés de datation. Il semble bien cependant que la majorité des pierres tombales étudiées dans ce corpus datent de la fin du Moyen Âge et de l'époque moderne.

En étendant les recherches ponctuelles précédem­ment menées en Limousin, tant par certains érudits que par des archéologues, l'inventaire réalisé ici rend accessible une documentation qui rend compte de la diversité et de l'importance quantitative des pierres tombales conservées. S'il est encore trop tôt pour pro­poser une typo-chronologie faisant référence pour l'ensemble de la région, une analyse typologique et iconographique a été esquissée avec l'appui d'une base de données spécialement développée. Cette étude prenait place dans un mémoire de Master 1 archéologie. Elle sera prolongée et étendue dans le cadre du mémoire de Master 2, dont les probléma­tiques s'attacheront à établir des critères de datation ainsi qu'à appréhender les phénomènes de répartition spatiale.