En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites notamment.

Ce message est obligatoire pour être en règle avec la CNIL... mais bon, ici on ne suit pas les internautes... Ce message ne reviendra que dans plusieurs mois si vous vous re-connectez...

54e3b293ec0b8

 

 

 

Saint-Jean-Ligoure - Châlucet

2001

Moyen Age

Patrice CONTE

 

 

 

2001Chalucet02Picture2

Vue de la zone nord du castrum

 

La campagne 2001, dernière du programme plurian­nuel amorcé en 1999, a concerné deux secteurs du castrum : la poursuite des investigations sur l'agglo­mération et le début de l'étude de la tour Jeannette, tour maîtresse du bas-castrum de Châlucet. En paral­lèle aux travaux de terrain plusieurs recherches complémentaires ont été menées à terme, du moins dans le cadre de ce premier programme : mobiliers archéologiques, sources écrites, premières analyses architecturales, archéozoologiques et anthracolo-giques.

L'agglomération castrale

La fouille, ouverte au total sur un peu plus de 600m 2, a permis d'étudier plusieurs ensembles de vestiges parmi lesquels on peut dénombrer au moins quatre bâtiments résidentiels. L'analyse des éléments de cir­culation (ruelles, passages), de distribution (position et répartition des accès) et certaines caractéristiques (possession d'une structure souterraine de stockage) permet de déterminer au moins quatre ensembles structuraux.

Le plus au nord est organisé autour d'une maison-tour (bât.IV) équipée de contreforts plats. Ce bâtiment, dont le sol d'abandon a livré une importan­te quantité de mobilier archéologique est équipée d'une seule porte, au nord. Immédiatement à l'exté­rieur le décapage d'un petit secteur a permis d'identifier plusieurs aménagements correspondant à un édifice en matériaux légers destiné à protéger l'accès à la maison. Létude de la sorte de "cour" entourant l'édifice montre que d'autres appentis ont pu être aménagés contre le bâtiment principal. Ce premier ensemble s'inscrit, en chronologie relative, comme étant le plus ancien.

Immédiatement plus au sud, le second ensemble bâti comprend deux nouveaux bâtiments. Le premier (bât.lll) est de plan rectangulaire. II est édifié en retrait de la ruelle principale. Deux séquences d'occupation sont attestées : la plus ancienne correspond à un sol d'habitat comprenant plusieurs foyers et un dé de support vertical de maintien du plafond. La plus récente est séparée de la précédente par une couche de remblai de construction sableuse. L'architecture et la stratigraphie de ce bâtiment attestent de la présen­ce d'un étage. Une seconde phase de construction voit l'édification d'un nouveau bâtiment résidentiel et domestique (bât.ll) accolé à l'est du bât III dans un espace probablement non bâti à l'origine et donnant sur la ruelle. II intègre une cave, étudiée les années précédentes (voir : BSR, 1999, p.48 ; BSR, 2000, p. 53-54). et plusieurs aménagements internes : ban­quette, foyers, mur de refend, entrée charretière...).

Le troisième ensemble structural n'est connu que très