En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites notamment.

Ce message est obligatoire pour être en règle avec la CNIL... mais bon, ici on ne suit pas les internautes... Ce message ne reviendra que dans plusieurs mois si vous vous re-connectez...

54e3b292bb775

 

 

Maisonnais-sur-Tardoire - Château de Lavauguyon

1998

Moderne

Julien DENIS et Boris HOLLEMAERT

 

 

 

 

 

Le château de Lavauguyon se situe au sud-ouest de la Haute-Vienne, en limite des communes de Maisonnais-sur-Tardoire et des Salles-Lavauguyon. Implanté à l’extrémité d’un replat, il domine la vallée de la Tardoire. L’opération archéologique menée par une équipe d’Archéa en 1998 consistait à effectuer des relevés en plan du corps de place du château (dont l’état de délabrement ne permettra bientôt plus d’en appréhender l’architecture) et à entamer l’étude des éléments architecturaux remarquables (ouvertures de tir, vestiges ornementaux). Concomitamment, des recherches d’archives sur l’histoire du château et des familles détentrices sont venues compléter les données rassemblées par M. Mazué (Archéa) au début des années 1980.

Le château de Lavauguyon a été construit à partir de 1489 par Gauthier Pérusse des Cars, sénéchal de la Marche et du Périgord, premier chambellan du duc de Bourbon, à l’emplacement d’un repaire noble du XIVe siècle. Ceint de fossés et de boulevards, le corps de place est un quadrilatère de 40 m de côté, flanqué de quatre tours rondes et pourvu d’un donjon porche rectangulaire au milieu de la courtine nord-est. Les tours renferment des salles carrées et possèdent généralement deux ouvertures de tir au premier niveau, tandis que des baies et des cheminées équipaient les niveaux supérieurs. Le donjon porche, vraisemblablement doté d’un pont-levis à flèches, est encadré d’un côté par une chapelle simple à deux travées, et de l’autre par un corps de logis. Le long de la courtine sud-est se développent également les restes d’un logis ainsi que des salles voûtées (caves ?). Enfin, sur les courtines sud-ouest et nord-ouest, et bien qu’aucun bâti en élévation ne soit perceptible, un alignement d’encastrement de poutres peut suggérer ici la présence de la galerie à colonnes mentionnée au XVllle siècle.

Même si de nombreuses interrogations subsistent quant à l’organisation des différents espaces intérieurs (notamment pour les niveaux de circulation), la réalisation d’un plan et les débuts d’une étude de bâti permettent d’envisager ici plusieurs phases de construction ou de réaménagements. Ainsi, les vestiges du logis sud-est semblent antérieurs à l’ensemble du bâti du XVC siècle, et des remaniements postérieurs sont perceptibles tant sur la façade nord-est qu’au pied de la façade sud-est (mise en place d’un glacis renforçant la base de la courtine).

1998-Lavauguyon