En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites notamment.

Ce message est obligatoire pour être en règle avec la CNIL... mais bon, ici on ne suit pas les internautes... Ce message ne reviendra que dans plusieurs mois si vous vous re-connectez...

54e3b292ccacb

 

 

 

Darnac, Thiat, Oradour-Saint-Genest et Bussière-Poitevine

1997

Prospection-inventaire

Thierry MESMIN

 

 

 

 

La prospection inventaire de 1997 continue le travail de recherche engagé en 1996 au Nord-Ouest de la Basse-Marche sur trois communes Darnac, Thiat, Oradour-St-Genest et qui a été étendu à Bussière-Poitevine, commune limitrophe.

    •  Darnac 2593 ha bordée par la Gartempe et la Brame avec le site du château de la Côte au Chapt, siècle

    • Thiat: 1135 ha bordée par la Gartempe et la Brame, industrie de potiers aujourd’hui totalement disparue.

    • Oradour-St-Genest 3790 ha traversée par la Brame avec le site du château de la Perrière, XIVe siècle.

    • Bussière-Poitevine 4108 ha bordée par la Gartempe sur 12,5 km avec les châteaux de Busseroles, XVe s., Lavaud, XVe s., et la ferme du Defend, XVIe s.

La prospection a consisté à faire le dépouillement des états de sections des quatre communes Thiat 1861, Darnac 1839, Oradour-St-Genest 1839, Bussière-Poitevine 1826. La microtoponymie a orienté en partie la prospection au sol.

Le ramassage sur labours ne s’est fait que sur des sites découverts en 1996 afin de mieux cerner leurs origines. Une autre forme de prospection a été développée l’enquête orale est certainement de loin la plus riche en découvertes. La plupart des sites de 1997 ont été découverts de cette façon. Simultanément la prospection aérienne s’est poursuivie et a révélé 3 sites.

Au total 41 sites ont été répertoriés dont 32 nouveaux, 5 compléments d’informations, 2 vérifiés et 2 non vérifiés. Sur Bussière-Poitevine, 26 sites ont été répertoriés.

La deuxième campagne de prospection s’est révélée aussi riche que la précédente en sites oubliés et inconnus. Après deux années de prospection on peut affirmer qu’une recherche peut être fine en combinant à la fois dépouillement des états de sections, enquêtes orales, ramassage sur labours et archives. Un suivi de 6 à 7 années serait beaucoup plus complet.