En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites notamment.

Ce message est obligatoire pour être en règle avec la CNIL... mais bon, ici on ne suit pas les internautes... Ce message ne reviendra que dans plusieurs mois si vous vous re-connectez...

54e3b292ccacb

 

 

 

Limoges - Rue de la Loi, rue des Grandes Pousses

1997

Moyen Age

Dominique DUSSOT (SRA)

 

 

 

La Mairie de Limoges a déposé plusieurs permis de démolir concernant le quartier appelé les Grandes-Pousses. Ce secteur de la ville est concerné par une Zone d’Aménagement Concertée (Z.A.C). Le principe des expertises archéologiques est lié à l’existence d’un réseau souterrain de caves important et complexe construit dès le Moyen Age.

L’évaluation a été conduite sous forme de tranchées destructrices à l’aide d’une pelle mécanique. Elle a permis de mettre au jour plusieurs réseaux souterrains, certains étant déjà connus (plans précis de l’association ARCHEA, plans imprécis des archives municipales datant de la défense passive), d’autres inédits. Au moins deux puits à eau ont été dégagés, l’un d’eux a été relevé en plan et en coupe.

Les cavités accessibles sans danger ont été visitées afin de confronter les données documentaires au terrain, d’envisager l’état sanitaire des monuments et d’effectuer quelques relevés sommaires. Deux caves anciennes et comblées ont été repérées dans l’une des tranchées, côté rue de la Loi. Un puits d’environ 12 m. de profondeur, encore en eau au moment de sa découverte a été localisé. Il a fait l’objet d’un relevé en coupe. Ce puits est creusé dans le substrat rocheux à partir de -2.50 m, de cette profondeur à la surface il est maçonné. Aucun mobilier, hormis la dalle de recouvrement en granite, n’a été découvert dans cette partie de la tranchée.

Une cave en premier niveau de sous-sol, comblée de matériaux d’effondrement, s’étend jusque sous le trottoir de la rue de la Loi. Un second puits maçonné, de section carrée, mais qui ne paraît pas ancien, a été mis au jour le long de cette même rue. En tout état de cause, il a été utilisé comme conduit de cheminée. Un puits cylindrique, aménagé dans le rocher, donne accès à une vaste salle souterraine dont la profondeur est estimée à 7 m. Cette salle est murée à l’extrémité opposée à l’accès un départ obturé par des remblais témoigne d’un prolongement parallèle à la rue de la Loi.

A l’angle des rues de la Loi et des Grandes-Pousses, les travaux ont effondré la voûte d’un ensemble souterrain assez complexe, comprenant plusieurs éléments. Cette cavité est celle cartographiée par la "défense passive". Dans l’état actuel, le plan correspond à la cavité visible, à quelques différences d’orientation et de dimensions près. Seules deux salles disposées dans le prolongement l’une de l’autre sont visitables, les autres étant condamnées soit par des murages, soit détruites ou remblayées. Ce réseau se situe à une profondeur évaluée entre 7 et 9 m.

Au centre de l’espace ont été rencontrés deux types de vestiges différents :

    • un puits, en grande partie déjà détruit par la démolition ;

    • un effondrement de voûte, donnant accès à une vaste salle très vite comblée côté rue des Grandes-Pousses. La position et les dimensions de cette salle semblent correspondre avec un réseau connu et dont la cartographie nous a été communiquée par l’équipe ARCHEA (n°18, rue des Gds-Pousses, parcelle 319). Les restes enterrés de cette salle doivent donc exister entre l’effondrement actuel et la rue.

Un effondrement donne aujourd’hui accès à un autre réseau en grande partie comblé, constitué d’une très longue salle se développant depuis la rue dans la parcelle 322.

Compte-tenu du caractère particulièrement instable des terres de comblement et des structures encore en place, le S.R.A. n’envisage pas de faire conduire une fouille à cet emplacement.