En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites notamment.

Ce message est obligatoire pour être en règle avec la CNIL... mais bon, ici on ne suit pas les internautes... Ce message ne reviendra que dans plusieurs mois si vous vous re-connectez...

54e3b29219f63

 

 

 

Vicq-sur-Breuil - Le Vieux Château

1996

Renaissance et Moderne

Christian REMY

 

 

 

 

La campagne de cette année n’a pu être menée au terme du programme initialement prévu en raison du rythme d’intervention des travaux de consolidation des ruines.

Le cône d’effondrement de la tour sud-ouest a été évacué par engin mécanique sous surveillance archéologique. Tous les éléments lapidaires caractéristiques ont été enregistrés et conservés en vue d’une réutilisation possible de certains d’entre eux. Le dégagement de cette zone s’est limité au niveau de circulation actuel de la terrasse et n’a pas atteint le substrat rocheux. Un surcreusement échantillonnaire a été conduit au pied de la tour. Il a mis en évidence la faible puissance de la stratigraphie au contact des maçonneries (phénomène déjà constaté en 1995 contre le logis). Un dépotoir constitué au bas de la fenêtre du logis a été évacué il s’agissait du cône de déjection formé par les occupants du XXe siècle. L'apport essentiel de cette opération de dégagement de la tour consiste en une quarantaine de pierres taillées aux fonctions assez bien identifiées : éléments de fenêtres, d’embrasure, corbeaux de mâchicoulis. La fenêtre du 3e niveau est presque intégralement retrouvée et pourra faire l’objet d’une anastylose.

Parallèlement, les travaux de remise en état de la tour, avec création de planchers, ont facilité la réalisation d’une couverture photographique, de relevés en plan et en élévation, et l’étude du bâti. On peut ainsi comprendre l’organisation de cette forte tour résidentielle, créée sur une cave voûtée, munie de cheminées à chaque étage, d’une grande baie à croisée et de latrines. Le contact avec le corps de logis s’avère malaisé et suggère l’existence d’une première structure. En effet, la tour actuellement visible semblant dater de la seconde moitié du XVle siècle, remploie probablement les cheminées et la fenêtre inférieure d’un édifice de style encore gothique flamboyant. La principale originalité de la tour XVIe est cette travée de fenêtres encorbellée, absolument inédite en Limousin et plutôt rare ailleurs.

Il reste - sur le programme 1996 inachevé - à procéder à la fouille du cloaque des latrines de la tour. Les travaux de restauration se poursuivront également en collaboration avec l’architecte chargé du projet (Hervé Teysson, oeuvrant sous la tutelle du Service Départemental de l’Architecture). Par ailleurs, le traitement du mobilier mis au jour en 1995 est en voie d’achèvement (Christian Vallet, laboratoire d’archéozoologie d’Archéa - Limoges et Patrice Conte, SRA). Les recherches en archives ont considérablement permis de préciser le contexte de la construction du monument.

 

Vicq1996