En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites notamment.

Ce message est obligatoire pour être en règle avec la CNIL... mais bon, ici on ne suit pas les internautes... Ce message ne reviendra que dans plusieurs mois si vous vous re-connectez...

 

54e3b2913c7f5

 

 

 

Les Cars - Le château

1994

Moyen Age et Renaissance

Patrice CONTE, Michel DESGRANGES et Christian REMY

 

 

 

Le château des Cars, situé à 25 km au S.0. de Limoges, est le château lignager des comtes (XVIe s.) de Pérusse des Cars. Si la seigneurie semble se former vers la fin du XIIe s. ou le début du XIIIe s., les constructions visibles ne remontent pas, cependant, au-delà de la fin du XVe s. Le château est profondément démantelé à partir de 1793.

La campagne de fouille 1994 se place dans une perspective plus globale d'étude et de mise en valeur du monument (étude des sources, du bâti, du mobilier archéologique...). La fouille de sauvetage avait pour objectif de reconnaître et de documenter le châtelet d'entrée pour armes à feu (XVIe - début XVIIe s.). L'espace fouillé a porté sur deux secteurs nettement séparés par des bâtiments modernes : l'un au fond de l'ancien fossé (aujourd'hui sous-sol d'un immeuble), l'autre sur la table rocheuse portant le château.

Le châtelet, a priori homogène, s'est finalement révélé beaucoup plus complexe et ancien. La fouille permet de proposer cinq grandes phases de remaniement de ce secteur .

    • On a repéré une nouvelle portion de l'enceinte (1,40 m d'épaisseur) déjà mise en évidence en 1990 par J.-F. Boyer (voir : chronique, Archéologie Médiévale : T. XXI, 1991, p. 348). Cette structure, manifestement la première occupation maçonnée du site castrai, dont la courtine O. atteignait une trentaine de mètres de longueur (= 100 pieds), était percée en son milieu par une porte dont la fouille a retrouvé l'un des montants chanfreinés. Ses fondations apparaissent ménagées dans une cavée creusée dans le substrat.

    • Postérieurement, des structures ont été maçonnées en avant de la porte, renforçant sa défense. Pour l'essentiel, il s'agit de deux murets (0,70 m d'épaisseur) perpendiculaires à l'enceinte et encadrant l'accès à la porte .

    • Les travaux de 1990 avaient révélé la perturbation de la première enceinte en son angle N.O. lors de la création d'une vaste tour quadrangulaire (12,25 x 10,95 m). On a pu repérer clairement cette année l'angle S.O. d'un appendice appartenant à cette tour.

  • Dans le secteur du châtelet, une importante campagne de travaux se manifeste par la construction d'une nouvelle enceinte, réalisée en avant de l'ancienne courtine, alors arasée. Une porte élargie est aménagée en avant de la porte primitive.

  • Enfin, l'ultime modification du secteur a consisté en l'habillage de l'ancienne barbacane par un puissant châtelet aux murs épais de 2,50 m, flanqué en ses angles N.O. et S.O. par deux tourelles en amande équipées de couleuvrinières battant le fond du fossé. En revanche, les trois ouvertures de tir du mur O. du châtelet, auxquelles aucun accès n'a été identifié, apparaissent comme des leurres. En avant du châtelet, un pont dormant vient mourir à quelque 2,60 m d'écart, laissant l’espace vide à un pont-levis. Deux reliquats de maçonneries antérieures au châtelet ont été mises en évidence à l’intérieur de la tourelle N.O. et dans la fosse à pont-levis.

Le rare mobilier n'apporte pas d’éléments datant. Ainsi, si la chronologie relative des diverses maçonneries est à peu près claire, on n'a cependant pu mettre en rapport avec elles aucun des différents niveaux de sol mis au jour, la stratigraphie étant largement perturbée par les travaux de terrassement effectués ces dix dernières années. En particulier, un pavage formé de moellons irréguliers et usés peut être indifféremment attribués aux deux dernières campagnes voire à une phase ultérieure.

Si l'évolution monumentale du château est désormais appréhendée avec quelque certitude à partir du XVIe s., les diverses structures médiévales, dont la fouille a attesté la présence et la multiplicité, restent à dater avec plus précision.

 cars94